Apprendre le Body Positive à nos enfants

360 IMPULSE - apprendre le body positive à nos enfants

 

« Apprendre le Body Positive à nos enfants ? ».

Est-ce que, toi aussi, quand tu lis le titre de cet article, tu te dis qu’il y a quelque chose qui cloche.

J’ai déjà abordé la définition du Body Positive dans un article sur le blog que tu peux retrouver ici. En gros, pour simplifier, la définition du Body Positive, c’est courir nu sans complexe.

Cette définition, qui, tu t’en doutes, est informelle, vient tout droit de mon salon. Oublie les instituts, les laboratoires, les publications académiques. Mon fils, de deux ans adore être nu. Il prend un plaisir fou à  savourer cet état de liberté. Il court. Il ricane. Il se cache. Il se touche. C’est la joie. Il a deux ans.

Mon fils n’est pas exceptionnel (bien qu’à mes yeux OUI) – il est comme tous les enfants de deux ans.

Quand je l’observe, je me dis que nous n’avons absolument RIEN à apprendre à nos enfants. Ils ont la parfaite jouissance d’être et de s’aimer comme ils sont. Ils prennent un plaisir immense à se découvrir, à se regarder dans le miroir sans complexe.

Donc ? On remballe la nappe, les assiettes et les couverts et on rentre chez nous ?

Pas si vite, my lady. J’ai encore de quoi causer pour occuper ta pause thé. 😋

Première réflexion: nous avons tout à apprendre d’eux

Oui, je sais. C’est un peu dans l’air du temps de dire « oui, mon fils est mon plus grand professeur, bla bla bla ».

Mais soyons clairs, c’est vrai !

Peu importe dans quel camp tu vis: conservateur, bobo-écolo, bobo-homeschooling, multi-entrepeneur épuisée, super-maman-au-foyer… Il suffit d’ouvrir tes yeux et de surfer la vague de la parentalité avec plus de présence pour reconnaitre rapidement et sans chichi que nos enfants, nous amène là où on ne veut pas aller.

Merci qui ? C’est un autre débat.

Donc, quand tu dis à ton enfant qui se tripote le sexe « c’est sale » ou que tu lui dis « viens t’habiller, on ne joue pas nu ». C’est à qui que tu parles réellement ? À ton enfant ? À toi ?

À travers cette provocation, j’aimerais t’amener à penser à cela: quelle culture du corps instaures-tu chez toi ?

Le corps est-il célébré ?

Le corps est-il caché ?

Car finalement, c’est nos enfants qui nous montrent le meilleur exemple de ce qu’est le Body Positive.

Ils sont la « normalité ».

Et tu sais quoi ? Toi et moi, on a aussi été enfant.

 

Deuxième réflexion: le basculement

Peut-être bien que si tu as été attiré par cet article car tu as des enfants de plus de deux ans. Et peut-être que tu constates des changements. Tu vois qu’il / elle perd de la vitesse en matière de liberté corporelle. Et peut-être que tu te demandes comment les accompagner à cultiver une image du corps qui soit positive, riche et intelligente ?

On observe une fracture qui se créée à un moment donné, plus notable chez les filles que chez les garçons. On peut ressentir des petites perturbations autour des 8-9 ans qui s’accentuent à la pre-adolescence puis à l’adolescence. Pour devenir une préoccupation mentale ancrée à l’âge adulte.

Je parle de la pression notamment à l’école dans un autre article ici. 

La première partie de cet article nous montre qu’à l’état pur, nous sommes plutôt in Love avec nos corps.

Que se passe t’il ? Le monde extérieur vient faire basculer notre vision du monde et la vision de qui nous sommes. Soudain, nous remettons en question l’idée que nous soyons beaux et parfaits, que nos parents soient beaux et parfaits etc. On développe la pensée critique – ce qui a bien entendu ses avantages !!!

Le monde extérieur: qui et quoi : les personnes et les choses avec lesquelles nous sommes le plus en contact de façon régulière ou périodique.

En d’autres termes: tout ce que nous percevons avec nos CINQ sens.

Comment est-ce que maman parle de son corps ?

Comment est-ce que papa me touche ? 

Quelles images sont diffusées autour de moi ? 

Est-ce que je sens avec mon nez des odeurs corporelles naturelles, synthétiques ?

Est-ce que chez moi on prend le temps et le plaisir de savourer les aliments ?

❤ Respire. Quels messages diffuses-tu, à travers tes 5 sens, en lien avec le corps ?

Troisième réflexion: créer un climat positif autour du corps

Avant d’aller plus loin, je tiens à te dire BRAVO. Bravo d’avoir lu l’article jusqu’ici. Grâce à ta volonté d’évoluer, tu contribues à la célébration du corps en tant que tel.

Ensuite, j’aimerais te dire que Tout Est Bien. Peut-être que tu culpabilises. Que tu réalises que tu n’as pas véhiculé, à travers les 5 sens, le meilleur pour tes enfants. Je le répète, on est TOUS et TOUTES en chemin. Viser l’excellence c’est se promettre de faire de notre mieux pour contribuer à l’évolution des consciences.

On ne vise pas la perfection car elle n’existe pas. La perfection est une construction mentale. Alors, si aujourd’hui tu réalises tous les chemins négatifs que tu présentes à tes enfants et à toi-même. Victoire ! Utilise cette force pour changer les choses.

Enfin, voici 10 idées pour conserver ou cultiver une attitude au corps saine et positive pour nos enfants (et pour nous, adultes): 

  1. Notre corps est notre propriété avant tout. Accueillir de façon positive la découverte du corps.
  2. Cultiver le soin du corps – masser vos enfants, apprenez-leur à se masser, faites-vous masser par eux.
  3. Danser nus avant de prendre le bain.
  4. Soyez flexibles avec le maquillage, journée sans, journée avec.
  5. Laisser-les dormir complètement nu l’été à la maison.
  6. Être ouvert.e et parler de la sexualité / le plaisir seul et à deux (selon l’âge, of course).
  7. Devenir conscient des images et des paroles auxquels nos enfants sont exposés.
  8. Montrer l’exemple en acceptant notre corps comme il est* et en prenant soin de votre corps sainement.
  9. Lorsque tu interceptes une parole blessée, ne la laisse pas passer. Prends un moment coeur à coeur avec ton enfant pour rétablir sa vision du monde.
  10. Développer une relation saine à la nourriture – manger par amour et non par peur.

* si ton enfant te fait une remarque sur une cicatrice, un bourrelet (oui, les enfants peuvent être crus 🤣), dédramatise la scène. L’enfant constate, il ne cherche pas à te faire du mal. Simplement répond-lui « oui, c’est vrai, j’ai une cicatrice sur le ventre. Tu veux savoir pourquoi? », etc.

Quatrième réflexion: marche sur le chemin

Le changement se fait rarement en 24h.

Explore. Respire. Prends conscience. Expérimente. Prends confiance. Respire. Explore. Et souris, n’oublies pas de sourire.

Et si tu coinces, fais-toi aider. On me demande tout le temps ma recette magique. J’ai fait exactement cela, j’ai exploré, appris à respirer, pris conscience … et j’ai investi en moi – en temps et en argent. Je me suis fait aider.

Si tu as une astuce à partager, laisse un commentaire ci-dessous pour que les autres lectrices puissent alimenter leur réservoir d’idées.

 

360 impulse - flo the show

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *